Bilan 2018 du capital investissement en France

Avec 18,7 Mds € d’épargne levée et des investissements à hauteur de 14,7 Mds € investis dans plus de 2 200 entreprises, on peut raisonnablement parler d’un franc succès du capital investissement en France pour l’année 2018, comme le démontre l’étude de France Invest. Dans le même temps, le marché des cessions-transmissions a suivi la tendance haussière. Quels sont les principaux enseignements de ces chiffres très encourageants ?

18,7 Mds € d’épargne pour l’économie française

Le montant d’épargne levée au cours de l’année 2018 est évalué à 18,7 Mds €. Cela représente une hausse de +13 % par rapport à l’année 2017 pour le capital investissement. Cette hausse s’explique par une forte progression des levées auprès des caisses de retraite et des fonds de pension — +83 % en 2018 comparativement à 2017 —, mais aussi auprès des fonds souverains, du secteur public, des personnes physiques et des family offices. Par ailleurs, il est à noter que 48 % des capitaux ont été levés à l’international en 2018 contre 39 % en moyenne annuelle entre 2008 et 2017.

Cela signifie qu’il y aura du cash à investir dans les prochaines années dans l’économie française, mais également que la France a retrouvé en 2018 une certaine attractivité auprès des investisseurs étrangers. Il faudra toutefois attendre le bilan 2019 du capital investissement pour savoir si les évènements de ces derniers mois ont impacté ou non les IDE.

Des investissements en nette progression

En 2018, les investissements n’ont eu de cesse de progresser pour s’élever à 14,7 Mds € investis, faisant progresser de +16 % le taux de croissance annuel moyen entre 2012 et 2018. Ainsi, l’industrie du capital investissement connaît une belle envolée que confirme :

  • la progression constante du nombre d’entreprises accompagnées (+ de 2 200 entreprises en 2018, soit une progression de +34 % par rapport à la moyenne annuelle 2006-2017) ;
  • les montants investis en Europe, hors France, évalués à 21 % contre 10 % en 2017 ;
  • les progressions continues sur tous les segments du capital-investissement (excepté sur le capital-retournement qui se concentre sur les entreprises en restructuration.

Un marché cession-transmission en croissance

Suivant la tendance haussière de tous les segments du capital investissement, le nombre d’entreprises désinvesties est en croissance pour la 6ème année consécutive : 1532 entreprises désinvesties en 2018 contre 1508 en 2017. Cela porte le taux de croissance annuel moyen à + 9 % entre 2012 et 2018.

L’activité des business angels en 2018

Contrairement à la tendance, la part d’investissement des business angels a diminué en 2018 tant en nombre d’opérations qu’en montants investis. France Invest note que 62 % des opérations sont des premiers tours quand ces derniers constituaient 66 % des investissements en 2017. Trois secteurs sont plus concernés par ces investissements :

  • le digital concentre 41 % des investissements réalisés par les business angels ;
  • la santé capte 22 % de la part des investissements ;
  • l’industrie, quant à elle, ferme le trio de tête avec 10 % des investissements réalisés.

Pour conclure, à moins que la mécanique ne s’enraye du fait des mouvements sociaux et des images fortes qu’ils renvoient à l’étranger, il n’y a pas de raison pour que la France ne confirme pas son attractivité en 2019. En effet, les entrepreneurs trouvent dans les fonds de capital investissement les meilleurs soutiens pour accompagner leur stratégie de développement en France, mais aussi en Europe. D’ailleurs, peu de sociétés ont fait le choix d’une introduction en bourse en 2018 alors que les fonds de private equity ont déployé 6 Md€ sur le seul premier semestre. Quant aux cessions-transmissions, il est à parier qu’elle poursuive leur croissance sur les prochaines années, notamment grâce aux assouplissements prévus par la loi de finances 2019.