Entreprendre ou reprendre ?

Devenir chef d’entreprise peut être réalisé en créant une société ou en reprenant une activité existante. Bien qu’elles permettent toutes deux de conduire un projet entrepreneurial, ces deux formules sont très différentes.

Faut-il opter pour la reprise d’entreprise ou créer sa structure ? Quelles sont les différences ? Découvrez quelques éléments de réponse.

Le cas de la création d’entreprise

De la naissance d’une idée à l’immatriculation de société, la création d’une entreprise passe par des démarches et étapes obligatoires, tant sur le plan individuel que légal. Elle comporte bien des avantages pour l’entrepreneur, mais parallèlement, certains différences sont à noter en comparaison avec la reprise de société.

Les avantages et inconvénients de la création d’entreprise  

Le créateur d’une entreprise a l’opportunité de conduire un projet qui lui convient et n’aura pas à tenir compte d’une organisation préétablie. Cette première différence n’est pas anecdotique ; au contraire, l’autonomie au démarrage d’une activité permet d’asseoir sa propre dynamique entrepreneuriale. Aussi, la création peut être moins onéreuse (en fonction de votre projet) qu’un projet de reprise.

Outre les aspects précédemment évoqués, la mise en place d’une structure permet d’apprendre plus facilement au fur à mesure qu’évoluent les activités. En cas d’inexpérience, le créateur a toujours le temps de mûrir pour prendre les bonnes décisions ; le rachat d’une structure nécessite plutôt d’être immédiatement opérationnel. Sauf à être accompagné par une personne qualifiée.

Contrairement à la reprise d’entreprise, la création d’entreprise épargne certains obstacles à gérer : problèmes avec le personnel en place, litiges en cours éventuellement, existence de contrats mal négociés. Ceci, c’est sans compter le fait qu’en partant de zéro, la situation ne peut se dégrader puisque l’activité est naissante.

Toutefois, il faut noter comme inconvénients que l’entrepreneur doit créer son carnet d’adresses, chercher des partenaires qui accepteront de collaborer avec lui, et penser à attirer les clients. Il est également difficile pour une nouvelle entreprise de se faire une place dans un marché saturé. Pour gagner en notoriété, le créateur doit fournir de nombreux efforts et s’armer de patience.

Le cas de la reprise d’entreprise

Il existe bien des situations de reprise d’entreprise. Reprendre une structure dans laquelle on est salarié depuis plusieurs années est différent de la reprise d’une activité existante découverte par le biais d’un intermédiaire ou d’une annonce. De même, racheter une affaire florissante est d’une autre nature qu’une reprise à la barre d’un tribunal de commerce. Quelles que soient les circonstances  cependant, les avantages et inconvénients de la reprise de société peuvent être généralisés.

Les avantages et inconvénients de la reprise d’entreprise  

Reprendre une structure, c’est se lancer dans une activité qui est déjà en marche ; il faudra l’orienter pour la rendre plus prospère. En réalité, sur le marché, les entreprises existantes jouissent déjà d’une certaine notoriété, ont une clientèle et comptent sur plusieurs collaborateurs et partenaires sociaux. La reprise d’entreprise permet de bénéficier aussi d’un outil de travail opérationnel et d’un personnel formé. Ainsi, le repreneur échappe à la périlleuse et parfois longue montée en puissance de l’activité d’une création que subit l’entrepreneur, avec tous les aléas que cela peut comporter.

En outre, le rachat d’une affaire florissante offre la possibilité de se rémunérer dès les premiers mois,  alors que dans un projet de création, il faut attendre d’avoir les moyens de se rémunérer. Autre aspect, dans une entreprise déjà installée, il peut y avoir une équipe en place qui s’occupe des tâches opérationnelles et le repreneur peut pleinement se concentrer sur son rôle de chef d’entreprise. Par ailleurs, l’obtention d’un financement peut se révéler plus aisée, car les 3 derniers bilans et comptes de résultats de l’entreprise sont un gage de sécurité pour les établissements financiers. À condition que les résultats soient positifs…

En dehors de l’aspect financier, il faut noter que reprendre une structure est plus complexe que de la créer. Et pour cause, il n’y a pas de place pour l’amateurisme, il faut être opérationnel et professionnel dès l’entrée en fonction. Ceci, c’est sans compter les problématiques liées aux ressources humaines qu’il ne faut pas négliger lorsque l’on reprend une entreprise.

Alors, que faut-il retenir ?

Si la création offre la possibilité à l’entrepreneur de façonner et d’organiser la structure naissante selon sa propre méthodologie, sans subir l’héritage d’un autre, encore faut-il trouver la bonne idée qui pourra engendrer cette création. En effet, à l’opposé d’une personne qui opte pour la reprise d’entreprise, le créateur créé ex nihilo, son idée doit donc être novatrice, financièrement viable et finançable.

La reprise quant à elle permet de s’appuyer sur un business ayant fait ses preuves, dont la rentabilité est connue et l’historique rassurant. Se limiter à ces détails serait néanmoins une analyse simpliste, puisque le choix de l’un ou l’autre de ces deux procédés est tributaire pour une grande part des ressources financières disponibles et des motivations personnelles.