L’école des managers : un premier pas vers la reprise

Créée à l’initiative des CCI de France, l’École des Managers propose une formation individualisée aux futurs créateurs et repreneurs. Aujourd’hui, on compte 19 Chambres de commerce préparant au métier de chef d’entreprise au moyen de ce programme professionnalisant et diplômant. Focus sur cette formation qui forme 500 nouveaux dirigeants d’entreprises opérationnels, chaque année.

L’école des managers des CCI : une formation au réel

Répondant parfaitement aux besoins des futurs dirigeants, la formation-action de l’école des managers des Chambres de commerce et d’industrie se veut innovante et pragmatique. Étalée sur une durée de 55 jours minimum — période adaptable au profil du porteur de projet et à l’état d’avancement de ce dernier —, la formation se réalise en alternance durant 14 à 16 mois. Elle suit donc la période d’incubation de la création ou de la reprise d’une entreprise, dans le souci constant de développer en chaque participant l’autonomie intrinsèque à tout entrepreneur.

Objectifs de la formation

Ainsi, la formation reste aux prises avec le réel et aide les participants à :

  • définir leur projet entrepreneurial de façon réaliste et pragmatique (reprise, développement ou création) ;
  • mettre en œuvre leur plan d’action grâce à des outils de pilotage choisi avec soin ;
  • partager leur vision pour appréhender et anticiper les changements à venir ;
  • devenir des chefs d’entreprise ayant une vision et sachant prendre le lead.

La réussite au cœur du programme

La transmission d’une entreprise ouvre une période propice aux évolutions. Elle doit donc être vécue comme une opportunité de développement. C’est dans cet esprit que l’École des Managers a été conçue et développée par les Chambres de commerce et d’industrie. C’est au reste ce qui explique leur succès puisque 95 % des entreprises dont le dirigeant a suivi la formation existent toujours au bout de 5 ans. Et, 20 ans après les premières promotions, 80 % des entreprises développées par ce biais sont toujours en activité.

Organisation de la formation

Les participants à l’École des managers sont principalement des salariés « en poste » ayant pour projet la reprise dans le cadre d’une transmission patrimoniale. L’entreprise qui les emploie est toujours une TPE ou une PME-PMI. On peut également rencontrer des créateurs. Tous ont pour ambition d’être mieux armés pour assurer le succès de leur projet.

Les promotions comptent 10 à 20 participants. Cette volonté de petits groupes sert la pédagogie de qualité commune à l’ensemble des Écoles des Managers, dont le succès repose sur l’accompagnement individualisé et la dynamique de groupe.

Accès à la formation

L’accès à la formation est simplement conditionné par deux critères :

  • la motivation et l’engagement du candidat,
  • la qualité du projet de reprise ou de création, ainsi que sa faisabilité.

Financement de la formation

Pour un dirigeant d’entreprise en place, futur cédant, financer la formation d’un salarié repreneur à l’École des Managers, c’est investir pour l’avenir. En effet, il a ainsi la garantie que ce dernier aura acquis de solides bases dans les fonctions essentielles de la gestion d’une entreprise. De plus, il peut également mesurer la capacité de son collaborateur à revêtir pleinement ses futurs habits de dirigeant.

La transmission s’effectue donc dans de meilleures conditions ; le cédant étant rassuré sur le fait que la passation de pouvoir se fera en douceur et sans traumatisme pour l’ensemble des parties prenantes (cédant, repreneur, salariés, clients, partenaires, fournisseurs…).

En conclusion, l’École des Managers créée à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie permet à de nombreux porteurs de projet de reprise d’entreprise ou de création de maximiser leur chance de réussite. En effet, grâce à l’approche personnalisée voulue par les encadrants de la formation, le futur dirigeant acquiert les bonnes pratiques, et ce, durant la phase d’incubation de son projet. Cela est d’autant plus vrai s’il s’agit d’un salarié repreneur qui bénéficie en plus de la pleine et entière connaissance de l’entreprise et du cédant.